LA FABRIQUE DU SIÈCLE PASSÉ 

Valérie Cordy

Directrice de la Fabrique de Théâtre

 Le 17 octobre 2019, sur la scène de la Fabrique de Théâtre, lors d'un moment théâtral intitulé « Lettre(s) à Paul Pastur», nous plongerons dans la charte de la Commission Provinciale des Loisirs de l’Ouvrier (1919).  Ce texte visionnaire et pionnier, fondateur des actions culturelles de la Province de Hainaut, raconte le 20ème siècle à venir et annonce un nouveau monde qui se construit sur les ruines de l'ancien, au travers de plusieurs points: création, but, programme, travaux d'études et de documentations, conclusions et vœux, budget et réalisations.

 Pour ce faire, au-delà de la simple lecture du texte, nous avons promené un micro, enregistré des mots et des pensées, des souvenirs et des espérances sur tout le territoire du Hainaut, interrogeant celles et ceux qui ont fait ou font la culture aujourd'hui. Qui êtes-vous? D'où parlez-vous? Quelles ont été vos activités ou quelles sont-elles encore maintenant? Que pensez-vous de ce texte? Pouvez-vous nous en lire un extrait, le commenter ?

 La charte de la CPLO peut choquer et interroger les humains que nous sommes aujourd'hui, un siècle après et de nombreuses guerres et luttes sociales plus tard.

En 1919, l'ouvrier va obtenir la journée de huit heures de travail et avec elle, huit heures de loisirs quoti- diens.  Le monde politique s'interroge sur ce temps libre: «considérant qu'il importe d'étudier immédia- tement ce que l'ouvrier fera de ses huit heures de loisir, de rechercher pour lui des distractions saines et les moyens de les lui procurer; considérant que la Province de Hainaut, dont la population est en grande partie ouvrière, a le devoir d'étudier cette question DÉCIDE de nommer une Commission chargée de l'étu- dier et de lui faire rapport ».

 La CPLO est née. Elle compte 113 membres de la société civile au 30 juin 1921. Exclusivement des hommes.

 Il est passionnant de replonger dans ce monde de l'entre-deux-guerres. Un monde qui vient de perdre son innocence et, comme le souligne Stefan Zweig dans son ouvrage « Le Monde d'hier », après la Première Guerre Mondiale, les hommes ont perdu leur légèreté.

 C'est la période de la démocratisation sociale, de l'emprise de l'État sur les affaires sociales et privées, de sa volonté de prendre en charge le destin d'une nation, les premiers pas vers la massi cation, les pré- mices de la société de consommation.

 Tout y est, en ligrane, mais n'est pas encore arrivé à la conscience.

 Dans un monde en transformation, l'important est de rester les pieds sur terre, d'interroger le passé pour se construire un avenir.

 Le 17 octobre 2019, c'est ce que nous ferons. Sur la scène de la Fabrique de Théâtre.

 Le rendez-vous est donc pris, nous vous attendons nombreux pour cette traversée d'un siècle des actions culturelles en Province de Hainaut, de 1919 à 2019.