Symphonie Couturière

MER - 31/10 - 14h30

L’atelier de couture vide de toute présence humaine, quelques machines, quelques tables, des restants de tissus, des bobines de fil. Il fait sombre et le silence s’est installé.

Les ampoules des machines s’allument, trois femmes entrent, elles apprivoisent  les machines. Des sons s’échappent d’abord chaotiquement, puis se fait entendre une symphonie métallique qui envahit la pièce. Des voix commencent à chuchoter, tels les fantômes des femmes du passé et du futur. Leurs récits s’articulent dans ce lieu inhabité, évoquant leurs rêves, leurs désirs, leurs obstacles. Elles parlent de leur travail, de l’amour, de leur condition, de leur souffrance, de l’inégalité, de la justice, de leurs droits...

Cette première restitution s’articule autour d’une symphonie pour trois machines à coudre. La recherche sonore, au centre du projet, permet de dégager une voix particulière à chaque machine et d’en faire un instrument de musique.
 
La vision des machines à coudre sur scène, invention à usage domestique, nous ramène d’abord à l’image de la femme. Mises les unes à côté des autres, elles renvoient aux usines de fabrication industrielle, à la surconsommation, à la mondialisation, à l’exploitation des travailleurs du textile, à la mode et à ses addictions, à l’obsolescence programmée. Mais aussi à son inverse : la réparation, la récupération et la création.
Ces machines ouvrent sur un imaginaire complexe, qui évolue au fil du temps.

Avec Véronique Binst, Sandrine Deumier et Céline Rallet